L’utilisation des matériaux usagés, des objets du quotidien récupérés pour les interpréter et les mettre en scène, résonnent avec mon travail de collage.

Dans mon cas, les magazines lus et consommés se transforment en songes. Il y a dans mes collages une intention anti gaspillage, une volonté de créer avec ce que nous possédons déjà. Je recycle ces magazines en faisant des collages, autant de chimères, que des situations irréelles.

Mais loin de vouloir faire une critique de la société de consommation, ma démarche se rapproche plutôt de la doctrine de la réincarnation dans l’Hindouisme. Dans cette doctrine, l’âme poursuit son évolution d’existence en existence humaine ( la réincarnation), et peut éventuellement s’incarner dans un animal ou un végétal.

De ce fait, au lieu de jeter ces magazines, je les recycle, j’invente un processus de réincarnation. Considérant mon impact de citoyenne française insuffisant sur la vie politique, j’ai besoin d’inventer des mondes parallèles dans lesquels il n’y a aucun problème. Comme un besoin d’assembler les morceaux d’un puzzle pour obtenir mon propre univers, où j’ai l’avantage de dévoiler des lieux fictifs, apaisés.